• Des distributeurs automatiques pour vendre ses patates

     

     

      
       
    Des distributeurs automatiques pour vendre ses patates
           
      Légumes   Forum      
       
       
            

      

    Des distributeurs automatiques pour vendre ses patates

    Dimanche 23 Janvier 2011



    Depuis 7 ans, Laurent Cardon a imaginé et développé son distributeur automatique de pommes de terre. Deux sont désormais installés dans le département. Le premier, ici à , à Quevauvillers 20 kilomètres d'Amiens et le second à Saint-Riquier.

    Exploitant agricole, Laurent Cardon a installé deux distributeurs automatiques de pommes de terre à Quevauvillers . Ses clients peuvent donc lui acheter sa production 24heures sur 24.
    Lorsque l'on arrive d'Amiens à Quevauvillers par la RN1029, un grand container très coloré attire tout de suite l'attention. Sur cette «grande boite» une pomme de terre souriante dissipe rapidement les interrogations: «Distributeur automatique de pommes de terre» peut-on lire en s'approchant. Une machine pensée et développée par Laurent Cardon, exploitant à Flesselles à 15 kilomètres au nord d'Amiens, qui a trouvé là un nouveau moyen de vendre en direct aux consommateurs.
    Pour Laurent Cardon, cette idée de vente directe n'est pas nouvelle. Agriculteur depuis1983, il a commencé par vendre sa production depuis sa ferme. «Nous avons voulu développer parmi nos autres cultures celle de la pomme de terre. Et nous tenions à la vente directe pour pouvoir suivre nos produits sur toute la filière.Mais cela demandait beaucoup de disponibilité.»
    Un prototype il y a 7 ans
    L'entreprise familiale s'est alors tournée vers les collectivités et les entreprises. Mais les unes comme les autres passent maintenant de plus en plus par des prestataires. «À long terme, il fallait que l'on trouve une solution. Et l'idée d'un distributeur a fait son chemin», explique Laurent Cardon.
    Le premier prototype installé l'a été dans sa ferme à Flesselles il y a déjà 7 ans. «Nous l'avons imaginé de toutes pièces et amélioré au fil du temps. Notre fils va d'ici quelques années rejoindre l'exploitation. Toujours dans un souci d'avenir, nous envisageons de développer cette technique de vente puisqu'elle plaît et qu'elle fonctionne
    Avec le distributeur de Quevauvillers , à 20 kilomètres au sud-ouest d'Amiens, un second a été installé à Saint-Riquier, à 10kilomètres à l'est d'Abbeville. Des sites qui n'ont pas été choisis au hasard. «Ils sont stratégiques, sur des axes routiers passants», développe Laurent Cardon.
    Dans le distributeur, de la production locale, évidemment. «Nous vendons de la samba, et dans un souci d'authenticité nos pommes de terre sont brossées, mais pas lavées. Pour davantage de sécurité, les transactions se font uniquement par carte bleue, 4 euros les 12.5 kg. Nous tenons à garder un prix constant dans le respect de la clientèle».
    Les deux nouveaux distributeurs semblent déjà avoir trouvé leurs habitués. Et plusieurs autres projets d'installation sont en cours. Laurent Cardon glisse ainsi : «Nous espérons pouvoir nous rapprocher encore d'Amiens».

    SÉVERINE DEMAILLY


     Après les automobiles à trente patates, voici venus les distributeurs de patates.

    L'article ne parle pas du conditionnement.

    Car dans le Nord pendant l'hiver la pomme de terre ne supporte pas le gel.

    Les grandes surfaces pourrait s'inspirer de cet exemple.

    Pourquoi pas un container distributeur de packs de bouteilles d'eau ou de lait, par exemple.

    Les parkings des supermarchés offrent beaucoup de place.

    Directement chargé dans le coffre de la voiture.

    Et les caddies soulagés de ces dizaines de bouteilles à manipuler de multiple fois.

    Et aussi un temps gagné en caisse et dans le magasin.

    De plus, on pourrait comme pour les carburants, s'approvisionner en dehors des heures d'ouverturedes magasins.

    Un gain de temps pour pouvoir se consacrer plus efficacement à ses achats les plus sophistiqués et très souvent les plus onéreux.

      Laquintinie

    Encore un particulier qui a une idée géniale

    et ce sera les pros qui la lui piqueront

    On n'y pense pas, mais c'est fou ce que l'on peut vendre en distributeur au lieu de tout vouloir acheter sur internet.

    surtout quand c'est du gros conditionnement lourd.

    Et sa n'enlève pas de travail aux vendeuses , au contraire sa allège leur pénibilité pour pouvoir mieux se concentrer sur des taches plus complexes et importantes.quand on pense au centaine de bouteilles qu'on a trimballer .... que disait je des milliers et des milliers .  

    Alors qu'autrefois il suffisait de tourner le robinet
    Ah les pollueurs !

    Annie

     Compteur de visiteurs en temps réel                   Crocus    Modèle   

     

     

       
      accueil

     

     

    « MurLes serres à tomate au 14 juillet »
    Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :