• Du côté de chez Swann

     

     

      
       

    Du côté de chez Swann

           
      Actualités     

     

     

       
     
       
           
    Du côté de chez Swann, 1913


    Les nymphéas sur la Vivonne, où comment un jardin devenu parterre d'eau
    réfléchissant le ciel et ses variations, éveille l'imaginaire par le biais des sensations.

        Cà et là, à la surface, rougissait comme une fraise une fleur de nymphéa
    au coeur écarlate, blanc sur les bords.
    Plus loin, les fleurs plus nombreuses étaient plus pâles, moins lisses, plus grenues,
    plus plissées, et disposées par le hasard en enroulements si gracieux
    qu'on croyait voir flotter à la dérive, comme après l'effeuillement
    mélancolique d'une fête galante, des roses mousseuses en guirlandes dénouées.
    Ailleurs, un coin semblait réservé aux espèces communes qui montraient
    le blanc et le rose proprets de la julienne, tandis qu'un peu plus loin,
    pressées les unes contre les autres en une véritable plate-bande flottante,
     on eût dit des pensées des jardins qui étaient venues poser comme des
    papillons leurs ailes bleuâtres et glacées sur l'obliquité transparente de ce
     parterre d'eau; de ce parterre céleste aussi: car il donnait aux fleurs un
    sol d'une couleur plus précieuse, plus émouvante que la couleur des fleurs
     elles-mêmes ; et, soit que pendant l'après-midi il fît étinceler sous les
    nymphéas le kaléidoscope d'un bonheur attentif, silencieux et mobile, ou
    qu'il s'emplît vers le soir, comme quelque port lointain, du rose et de la
    rêverie du couchant, changeant sans cesse pour rester toujours en
    accord, autour des corolles de teintes plus fixes, avec ce qu'il y a de plus
    profond, de plus fugitif, de plus mystérieux - avec ce qu'il y a d'infini -
    dans l'heure, il semblait les avoir fait fleurir en plein ciel.

    Marcel Proust

    a toute
    Proust nous fait partager le fruit de son imagination..

    Les nymphéas, lui suggèrent un jardin de fruits avec les fraises.....
    Une roseraie de roses mousseuses....
    Des massifs de pensées et de juliennes surgissent au fil de l'eau...

    Il nous transporte dans un ciel liquide et fleuri dans lequel évolue des papillons bleus.....

    "Proust voulait saisir la vie en mouvement, sans autre ordre
     que celui des fluctuations de la mémoire affective"

    Bonsoir

    A La Recherche Du Temps perdu
     
     Compteur de visiteurs en temps réel                Modèle  Photos  Création & Techniques Photos  Photos

     

     

       
      bonjour poule météo godefroy Jardin Blanc Oise Picardie Potager Fleur Légume Tomate Forum Animal Nature Terre accueil

     
    « Samedi 29 avril 2017 «Merveilleux légumes » de Patricia Welles »
    Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Avril 2017 à 09:36

    merci de cet extrait litteraire tres floral, et ravissant

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :