• Julie paysagiste

     

     

      
       

    Julie, un brin de femme dans le paysage

           
      Actualités    Forum 

     

     

       
    Jardin et paysagiste 
       
           
     « Je sais faire des terrasses, monter des murs... » Derrière son regard doux et sa voix posée, Julie Durand est plus résistante que l'on ne croirait au premier abord. Travailler sous un soleil de plomb ou dans un froid glacial ne lui fait pas peur.

    Pas plus que de porter de lourdes charges. Elle est paysagiste à son compte depuis mai dernier. Installée à Bouchemaine.

    Pour elle, être une femme est un vrai atout pour se démarquer de ses confrères masculins auprès de ses clients. « Je vois le métier différemment d'eux, analyse-t-elle. Moi, j'aime beaucoup le côté décoration, esthétique, jouer avec les formes et les couleurs. »

    Pendant toute sa formation pour être paysagiste, Julie Durand était toujours la seule femme en cours. Mais le plus difficile a été l'entrée dans le monde de l'entreprise. « Il faut donner beaucoup plus qu'un homme pour montrer qu'on a notre place sur le terrain, souligne-t-elle. Quand je portais un sac de 35 kg toute seule, je n'avais pas intérêt à demander de l'aide... » Lorsqu'elle a voulu monter sa propre affaire, même la chambre de commerce et d'industrie s'est montrée réticente. « On m'a fait comprendre que mon projet n'était pas bon parce que j'étais une femme », rapporte-t-elle.

    Malgré tout, Julie Durand s'est lancée. Aujourd'hui, elle est épanouie avec son entreprise Les jardins de Julie. Elle veut se différencier de la concurrence en proposant à ses clients -des particuliers- de participer à la réalisation de leur projet. « Je n'impose pas mes jardins, à la différence des autres paysagistes », insiste-t-elle. D'après elle, son affaire est bien lancée et marche même « mieux que prévu ».

     Texte et photo Ouest France
    WSPourquoi les femmes seraient-elles devenues incapables de faire des métiers durs. Il y a encore une quarantaine d'années, beaucoup de femmes participaient aux travaux des champs, s'occupaient du bétail, entretenaient leur potager, élevaient leurs enfants et tenaient leur ménage. Ceci dans une agriculture encore très peu mécanisée, à l'époque. Décidément, même les autorités font de la mysoginie.
     
     

      

     Compteur de visiteurs en temps réel                Modèle  Photos  Création & Techniques

     

    ............-->

       
      accueil

     
    « Red flowerLes nouveaux labours »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :