• Mercredi 21 juin 2017

     

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour à tous
    Bonne journée

    32°C sur notre plaine et à l'ombre, hier, je vous prie. Dans la cité de Jeanne Hachette, ce doit être la fournaise. Il en était ainsi, les jours de moisson sur la plaine de mon enfance. Sur cette plaine, un monde fou, les jours de moisson. Aujourd'hui, la plaine est désespérémment vide. Derrière la «moissonneuse-lieuse» tirée par deux robustes Percherons ou aussi, parfois, derrière un tracteur puissant, (le plus souvent un «société Française») toute la marmaille, à laquelle j'adhérais volontiers, s'agitait joyeusement. Une marmaille commise d'office aux travaux des champs. Une marmaille chargée de relever les bottes produites par la moissonneuse-lieuse et de mettre celles-ci en tas. Pas un tas n'importe comment; les gerbes devaient être dressées l’épi vers le haut et le tas recouvert par une dixième botte qui coiffait astucieusement le tout, pour qu'en cas de pluie les gouttes glissent le long des gerbes de blé. Le fonctionnement de la moissonneuse-lieuse était déjà un spectacle. Donc pas de moteur, pas de bruit; juste le «frou-frou» des sabots du cheval sur les éteules* et le délicat cliquetis de la machine bien huilée. Le travail de la moissonneuse-lieuse se décompose ainsi: La barre de coupe située à droite, fauche le chaume et les épis; une sorte de grande hélice, identique à celle des moissonneuses-batteuses actuelles, dresse correctement les épis de blé, qui sont ensuite entrainés par un tapis, qui va présenter ce chaume chargé d'épis dans un système de toiles, qui vont alors former cette botte si caractéristique. Avant son éjection de la machine, la botte est, ainsi, ligaturée avec de la ficelle de chanvre. Une ficelle, dont on faisait grand usage à l'époque. Les «Tiots» que nous étions, étaient, heureusement, accompagnés de nos parents, de nos oncles, des commis de fermes et, parfois, de quelques journaliers. Car il fallait canaliser toute cette fougueuse bonne volonté, parce que le travail des champs est un métier empreint de précision et d'expérience. Il en va de la réussite de la moisson. Je garderais toujours un souvenir ému à l'image de ce moissonneur, souvent le patron de l'exploitation, juché, en hauteur, à l'arrière de la moissonneuse-lieuse, sur une selle en ferraille. Un moissonneur tout à son office, hélant son cheval, par des mots brefs, voir des gargouillements d'arrière gorge, parfois des sifflets. Il devait, en plus, garder un œil sur la troupe d'assistants que nous représentions pour lui. On sentait chez cet homme, la fierté mise à la touche finale de près d'une année de dur labeur. Voici donc la première partie de cette technique de moissonnage des années 40/60. Il faudra ensuite rentrer tous ces beaux épis au sec dans quelques jours. C'est ce que nous essaierons de vous conter demain. 

     

    Alors à demain! Tout simplement.

    (*ce qui reste du chaume après le passage de la moissonneuse-lieuse)  

         

    En bas de cet article, cette petite flêche bleue pour ouvrir le sommaire d'une rubrique

     
    Bonjour   Bonjour    Le jardin de l'Echassière
    Bonjour Bonjour Si vous passez votre souris sur les petites flêches
    Celles-ci vous inviteront à voyager sur le blog
     
    Bonjour Bonjour Ci-dessous les derniers articles publiés sur le blog Iris ordinaires 
    USSR  Mark Knopfler   Une drôle de posture  Collision en vol C'est une rose 
    Les rosiers «Iceberg»  La lumière à tous les étages  Dernière mise à jour  Mercredi 21 juin 2017 07:09
     
          Le pluviomètre du mois :  31mm
     Compteur de visiteurs en temps réel                Modèle  Photos  Création & Techniques   Photos   Photos

     

       

     

    bonjour poule météo godefroy Jardin Blanc Oise Picardie Potager Fleur Légume Tomate Forum Animal Nature Terre accueil

     
    « Mardi 20 juin 2017Mot de passe »
    Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 21 Juin 2017 à 09:01

    on est officiellement en été !!!

    ce weekend c'est la fête de Jeanne Hachette je pense ?? si cela n'a pas changé

    j'ai connu les foins et les moissons !! avec nos voisins que l'on aidait chaque été

    depuis 1962 ..... jusqu'à l' âge de 19 ans (1972)

    après cela c'est très modernisé

    et les vaches laitières le bon lait et les emmener au pré... matin et soir la traite etc etc

      • Mercredi 21 Juin 2017 à 09:12

        Jeanne Hachette

        On faisait aussi les betteraves à vaches. Les pommes de terre.

        et les pommes à cidre, à la rentrée des classes

    2
    Mercredi 21 Juin 2017 à 11:51

    vive l'été en ce 21 juin

    vive la fete de la musique

    merci des souvenirs de moissonneuse d'avant la modernité encore avec le cheval

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :