• «Réchauffement»

     

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    «Réchauffement»

    Bonjour

    Hier soir, un orage assez violent s'est abattu sur la plaine. Pluies et grêles abondantes.C'est inhabituel pour la saison. En mars on attend plutôt des giboulées. Mais il faut bien vivre avec le réchauffement climatique. Comme pour le virus, il va falloir l'héberger dans notre galerie de réjouissances virales et coutumières. Chaque année, dès le début de l'automne, il faudra se préparer à recevoir dignement, cette petite bestiole qui, décidément, ne manque pas d'air, en venant s'attaquer à nos bronchioles. Il faut s'adapter. On nous le répète chaque jour de l'année, depuis plus d'un an. C'est la même chose pour la culture et le jardinage. Il va falloir abandonner les méthodes pompeusement qualifiées de «Modernes» depuis plus de cinquante ans. Eviter le bêchage qui brise et déstructure la terre, habitat de tous les serviteurs minuscules et microscopiques  qui constituent les forces vives qui vont assurer la prospérité de nos semis. Mais pour se passer de bêcher, il faut que cette terre ait été déjà travaillée depuis des année, voir des décennies. On ne passe  pas aussi facilement d'un mode de culture impropre à la qualité de l'environnement à de nouvelles pratiques qui s'inspirent largement des techniques ancestrales. Le nouveau jardinage demande plus d'effort physique. La binette doit remplacer la pulvérisation des herbicides si néfastes au monde vivant dans son ensemble. La vedette de chez «Monsanto» doit être effarée de subir sans broncher cette publicité pour des méthodes plus douces pour notre cadre de vie. Les engrais dits «chimiques» doivent s'effacer devant les épandages de compost, de terreau et de fumier. Il était plus facile de disperser au gré des vents quelques billes de sulfates ou de nitrates, que de transporter des dizaines de brouettes chargées  des nutriments essentiels à la vie de nos potagers. Même  les agriculteurs, nos voisins, transportent de plus en plus de lourdes remorques chargées de compost destiné à être dispersé dans les pièces de céréales. Les déchets végétaux étaient, il n'y a pas si longtemps, brûlés ou même, parfois, déposés en décharge. C'est pourquoi je ne transporte pas les déchets de notre jardin à la déchetterie, mais je les valorise par le compostage ou le broyage. Cet hiver j'ai déjà déposé près de cent brouettes du compost et du fumier de mes poules. Des brouettes que j'évite de charger à raz-bord. Je n'ai plus vingt ans.

     

     

    À demain 

     

       Les carnets de Jules Hostouley 

     

        À L'Aube Du Poète 

     

     

     
    Bonjour Webcam  Bonjour    Le jardin de l'Echassière
    Bonjour Bonjour    
    Bonjour Bonjour 3 mars 2021 : Minima  7° - Maxima 14° - Temps variable - Orage Pluie et grêle en soirée  
            RAILWAY GAME     
        Dernière mise à jour  Jeudi 4 mars 2021 6h31
    Image
          Le pluviomètre du mois :  0 mm
                     Photos  Création & Techniques   Photos   Photos   Modèle
       

     

     

    bonjour poule météo godefroy Jardin Blanc Oise Picardie Potager Fleur Légume Tomate Forum Animal Nature Terre accueil

     
    « L'Elysée «Navets» »
    Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Mars à 06:43

    Je fais de même depuis plus de 10 ans ... et je vois bien que le jardin change d'aspect ainsi que la faune de la flore de notre jardin 

      • Jeudi 4 Mars à 07:19

        Et j'ai encore quelques brouettes de compost à disperser dans le potager

    2
    Vendredi 5 Mars à 10:04

    dans l'ancien temps

    il n'y avait pas tous ces produits pour désherber et cultiver mieux son jardin

    et pourtant ils y arrivaient très bien et mieux

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :